Edward POV

Mercredi après-midi, toujours de la merde. J'en ai marre de toujours faire les mêmes choses.

Se réveiller, aller à l'école, rentrer à la maison, faire ses devoirs La routine quoi.

A l'heure qu'il est Charlie doit être excité comme une puce.

Depuis que ma famille et moi sommes arrivés, cela remonte déjà à 3 ans, nous avons tissé des liens forts avec l'ancien shérif de Forks, j'ai nommé Charlie Swan.

Au moins une fois par semaine, nous allions dîner ou prendre l'apéro chez lui, ou il venait à la maison (surtout pour les matchs).

Aujourd'hui, il accueillait à bras ouvert sa fille Isabella. Ca faisait quatre ans qu'elle ne venait plus le voir et là, mademoiselle se ramène comme une fleur. Je ne la connais pas cette fille mais je sens que je ne vais pas l'aimer. J'ai vu quelques photos d'elle quand elle était petite, plutôt mignonne mais un peu normal vu l'âge qu'elle a dessus.

De toutes les façons, je la verrais bien Lundi. Et juste pour Charlie, je serais ou j'essaierais d'être poli envers elle, pas plus.

_EDWARD ! Entendis-je le-diable-incarné crier

Qu'avais-je fais pour avoir un membre de ma fratrie dans la folie ? Mais bon, Alice reste Alice...

_BOUM… BOUM… BOUM ! Eddychou ! Je rentre !

Je rectifie, deux membres de ma fratrie dans la folie. Je n'eu même pas le temps de répliquer, que mon ours de frère pénétra dans ma chambre.

_Eddy, tu as fini de…

_C'est E.D.W.A.R.D, Emmett ! Edward !

_Je disais, est-ce que tu as fini de flemmarder en écoutant ta musique de vieux

_Non, et ma musique est de l'art par rapport à ta cacophonie !

_Pff ! Ouais, bref le lutin te réclame pour partager sa joie. Et si dans 5 minutes tu n'es pas descendu, il double ton supplice du week-end, soit shopping !

_OK ! J'arrive.

J'éteignis ma chaîne hifi, qui était sur le point de finir de jouer la dernière partie du Nocturne No9 de Chopin. Quel gâchis de rater cette si belle symphonie pour une unique et seule personne, Alice.

_Edward, dépêches toi !

_Me voilà. Calmes toi.

_Je ne peux pas, en fait je n'y arrive pas ! A l'heure qu'il est, Isabella doit être déjà arrivée. On aurait pu lui faire une mini-fête de bienvenue. Je sens que je vais l'aimer. On pourra même faire du shopping, des séances spa ! Et des soirées filles…

_Bordel, parles plus lentement. De plus tu ne la connais pas. Elle n'est surement pas celle que tu crois. C'est peut-être une peste de la pire catégorie, alors arrêtes de te faire des films pour rien.

_Pourquoi tant de pessimisme ? Tu n'es qu'un rabat-joie jaloux de ma joie de vivre, et de mon entrain à rencontrer la fille de Charlie.

_Alors, du tout ! Je suis réaliste c'est tout. Désolé de mettre fin à tes rêves de gamine.

Alice sembla choquée par mes propos et me laissa planté dans la salle-à-manger pour rejoindre son cher et tendre Jasper au salon.

Je n'aimais pas m'énerver sur elle, je détestais même (si on n'avait pas tous été adopté, on aurait pu croire que Alice et moi étions jumeaux).

Mais elle était beaucoup trop enthousiaste de rencontrer une fille qu'elle ne connaissait même pas.

Et si après avoir découvert la vraie nature d'Isabella Swan, elle était malheureuse ! Ce serait de la faute de CETTE inconnue. Je ne la connais pas mais je la déteste ! Par sa faute je m'étais emporté sur Alice, ma Lili !

La voix de ma mère, qui semblait être au téléphone, me sortit de mes pensées.

_Pas trop stressé ?

_ […]

_C'est normal, elle doit être fatiguée après le voyage.

_ […]

_Si tôt ! Elle aurait pu attendre Lundi. Et on pourra la rencontrer bientôt je l'espère.

_ […]

_Bonne idée ! A demain Charlie, j'amène le gâteau. Bye !

Oh non ! Faîtes que ça soit un horrible cauchemar, que je me réveille demain et que cette conversation téléphonique n'ai jamais existé.

_Les enfants, tous dans le salon !

Tout le monde était présent. Alice et Jasper mains entrelacées se souriant comme de nouveaux amoureux candides. Rosalie était en train de pincer les fesses d'Emmett, celui-ci avait un sourire débile collé au visage, tous deux reflétaient le couple-complice parfait.

Leurs vies de couples me saoulaient du plus haut point. Il restait juste ma mère, Esmée, seule pour une fois ! Elle me regarda avec un regard désolé et compatissant. Elle s'en veut toujours de ma solitude, elle ne changera donc jamais…

_Alors, pourquoi ce rassemblement ? demanda Emmett toujours égal à lui-même avec son impatience

_Comme vous le savez, la fille de Charlie est arrivée cet après-midi, annonça Esmée

_Oui, vous répétez ça depuis une semaine, ON SAIT !

Rosalie avait raison. Depuis une semaine, ils nous saoulaient avec Isabella. Rose et moi avions tout de même des raisons différentes. Elle, elle pense à sa popularité, sa beauté, à elle. Rosalie est le genre de fille qui a toujours peur d'être dépassée, qu'importe le domaine. Non qu'elle soit narcissique ou nombriliste, non, Rose est très gentille, aimante mais c'est un sorte de complexe chez elle, sa phobie.

_Rose, ne soit pas de mauvais poil. On aura une fille de plus pour nos sorties !

_Alice, ne recommence pas…

_C'est bon Edward, ne me rappelle pas à l'ordre. Je fais ce que je veux, et comme il me le chante !

Je pouvais voir des éclairs lui sortir des yeux. Cette fois-ci je l'avais bel et bien énervée. Pff, tant pis pour elle. Qu'elle ne vienne pas se morfondre sur son sort après.

_Bon, vous me laissez parler ou pas. Parce que vos enfantillages, j'en ai ma claque !

On regarda tous Esmée avec effarement. Elle qui est si douce d'habitude, si maternelle, qui ne dit jamais de « gros-mots », en avait sa claque. WOW !

J'avais raison tous ça encore à cause de Isabella Swan. Tout est de sa faute.

_Vous voyez, je suis obligée d'utiliser des mots grossiers pour que vous m'écoutiez. Alors je disais, comme nous vous l'avons répété plusieurs fois, Isabella est ici. Mais il y a un changement au programme, on ne va pas la rencontrer ce week-end. Vous allez surement la voir au lycée demain.

_QUOI ? Si tôt ! Mais pourquoi…

Je m'étais un peu laissé emporter, mais il faut me comprendre. Moi qui me disais avoir encore quelques jours pour me préparer à rencontrer L'autre, j'apprends qu'elle débarque à MON lycée demain ! Un peu puérile comme réaction je sais, mais depuis que je sais qu'elle arrive je suis incompréhensible.

_Tu pourrais cacher ton enthousiasme, Edward. Elle va au lycée demain parce qu'elle en a envie. Tout simplement. Alors quand vous la verrez je souhaiterais, non, J'EXIGE que vous la surveillé. Vous savez à quel point les lycéens peuvent être méchants envers les nouveaux, vu que ça vous ai arrivé il y a 3 ans. Mais vous, vous étiez 5, et elle, elle est seule.

_Je m'en occupe PERSONNELEMENT !

_Emmett, tu ne l'effraies pas, tu te présentes et tu ne l'embête pas…

_Oui, oui, oui. Maman, je sais tout ça. Et je t'assure que je vais faire attention à elle.

_D'accord. Je vous laisse, je vais préparer le dîner, votre père ne va pas tarder.

Sur ces dernières paroles, tout le monde se dispersa. Et je me retrouvais encore une fois seul planté dans le salon. Autant en profiter pour aller se détendre. Je passai le reste de la soirée au lit à écouter de la musique. Malgré le soupé prêt, je préférai rester au lit. Le sommeil vint enfin me charrier avec pour fond musical la voix de Billy Joel, Goodnight my Angel est vraiment agréable comme chanson.